Les Dames, Encore Femmes est un film suisse réalisé par Stéphanie Chuat et Véronique Reymond. Il sortira en e-cinéma via la plateforme la LA VINGT-CINQUIÈME HEURE, le mercredi 2 décembre. Pendant toute une année, les deux réalisatrices ont suivi cinq femmes seules qui font face à la solitude affective et qui doivent se réinventer. Un documentaire beau et émouvant qui dépeint un terrible fait de société : les femmes soixantenaires ont l’impression d’avoir dépassé une date de péremption… La 25ème Heure – Votre salle de cinéma virtuelle (25eheure.com)

Synopsis : Elles sont célibataires, veuves ou divorcées. Elles ont eu des enfants, des maris, un travail, elles ont une vie derrière elles mais surtout une vie à venir… Les Dames, Encore Femmes ouvre la porte sur l’intimité de cinq sexagénaires qui mènent au jour le jour un discret combat contre la solitude, à un âge où les hommes ont déserté leur paysage affectif.

Avec ce documentaire, les deux réalisatrices ont été confrontées à la solitude affective à laquelle de nombreuses femmes soixantenaires vont face, à la suite d’une séparation ou d’un deuil. Elles ne peuvent plus compter que sur elles-mêmes et apprendre à vivre pour elles-mêmes. Heureusement, elles ne manquent pas d’énergie et participent à de nombreuses activités : musique, activité sportive, voyages, sorties culturelles, clubs, associations, etc.

Stéphanie Chuat et Véronique Reymond ont également constaté qu’en Suisse, ces femmes retraitées sont très nombreuses, mais passent complètement inaperçues dans la société. Pire, elles deviennent invisibles aux yeux des hommes, avec comme une impression d’avoir dépassé une date de péremption… Que faire face à son désir et au besoin d’affection est toujours présent lorsque l’on a passé la soixantaine et que l’on est seule ?

A la rencontre de Marion, Carmen, Pierrette, Odile et Noëlle

Un « appel à Dames » a été lancé. Plus d’une centaine ont répondu, toutes surprises et reconnaissantes qu’on souhaite parler d’elles. Cinq femmes âgées de 63 à 75 ans ont été retenues : Marion déborde d’activités et ne croit plus à la rencontre amoureuse. Carmen combat ses phobies. Pierrette se régénère dans la musique. Odile se ressource dans la nature. Noëlle rêve d’un prince charmant moderne et féministe.

Les réalisatrices les ont suivies pendant une année entière, afin de découvrir et comprendre leur quotidien, mais aussi de les voir évoluer. Au fil du temps, ces cinq femmes ont osé se raconter, se dévoiler. Stéphanie Chuat et Véronique Reymond ont ainsi assisté à la renaissance de Pierrette, qui se remet de la mort de son mari, à l’aventure de Marion qui s’est inscrite sur un site de rencontre ou encore l’ascension du Glacier des Diablerets en téléphérique avec Carmen, bien décidée à combattre son vertige !

« Admettre qu’on a encore des rêves et oser dire qu’on a envie de plaire, à cet âge-là, c’est presque déplacé. Elles ne le savent que trop bien. Cependant, si nos Dames n’ont plus tous leurs atouts de séduction, elles connaissent mieux, elles ont de l’humour… Et bien que les hommes aient déserté leur paysage affectif, elles ont appris à user d’autres moyens pour que chaque jour apporte son lot de petits bonheurs. Mais elles rêvent encore d’amour, à demi-mot. Parce que c’est la vie. On aime et on a envie d’être aimé-e, jusqu’au bout », commentent les réalisatrices.

NB : LA VINGT-CINQUIÈME HEURE est une plateforme de e-cinéma, elle permet une géolocalisation et un partage de recettes avec les cinémas. Il est également possible de voir des films qui sont loin de chez soi. C’est le même principe qu’une séance de cinéma mais à la maison ! Le billet coûte généralement 5 euros.

Pour voir la bande annonce : Les dames – bande annonce

Pour rejoindre la plateforme : La 25ème Heure – Votre salle de cinéma virtuelle (25eheure.com)

Vous pouvez retrouver toutes les séances du documentaire “Les Dames, Encore Femmes” sur la page facebook d’OVALmedia Paris : https://www.facebook.com/OVALmediaparis

A lire également sur l’Observatoire des Seniors : Après 65 ans, presque deux fois plus de femmes seules que d’hommes