Elles s’entraident financièrement depuis toujours et à hauteur de 36 milliards d’euros par an. Même s’il est possible en France d’obtenir une multitude d’aides, les générations continuent de se serrer les coudes et les ascendants (grands-parents et parents) se doivent d’aider leurs descendants. Cette solidarité se fait principalement en faveur des ménages les plus jeunes afin de leur permettre de se lancer plus aisément dans le grand bain qu’est la vie.

Des aides qui prennent plusieurs formes

Ces aides prennent généralement deux formes : directes ou indirectes. D’une part, elles se font sous forme de transferts monétaires directs et d’autre part, elles se manifestent par la prise en charge de certaines dépenses. En 2011, le don d’argent représentait 19,1 milliards d’euros. 90% de ces transferts monétaires se faisaient au sein d’une même famille. Les dépenses prises en charges s’élevaient elles, à 17,1 milliards d’euros.

A qui profitent ces aides ?

Les descendants profitant de ces aides sont les moins de 40 ans. En effet, près de 80% des bénéficiaires ont moins de 25 ans. On remarque que plus les bénéficiaires vieillissent, moins ils sont aidés par leur famille. A partir de 55 ans, la balance s’inverse et c’est à eux d’aider les jeunes à leur tour. Le graphique suivant explique les transferts monétaires des ascendants vers les descendants ci-dessous :

Nos familles Françaises sont solidaires !

La solidarité familiale française a toujours existé et n’est pas près de s’arrêter.

Vous voulez en voir plus ? Rendez-vous sur l’étude complète de l’INSEE : La solidarité financière entre ménages – Insee Première