Les dépenses alimentaires hors-domicile se sont effondrées en 2020

Au première semestre 2020, la consommation alimentaire hors-domicile a chuté de 35% à cause de la crise sanitaire. Ces dépenses diminuent avec l’avancée en âge, mais ce depuis bien avant l’arrivée de la covid-19. En cause : la taille du foyer qui diminue et la perte de l’autonomie.

Depuis le début de la crise sanitaire, les dépenses alimentaires hors-domicile ont considérablement chuté. En France, le premier confinement a pénalisé le secteur de la restauration commerciale à hauteur de 595 millions d’euros par semaine. Ainsi, au premier semestre 2020, la consommation alimentaire hors domicile a chuté de 35%.

Une lueur d’espoir se dessine grâce à la livraison à domicile ou à emporter, mais tous les acteurs ne sont pas en mesure de s’adapter. Un retour à la normale est d’autant plus difficile que manger hors de chez soi reste « un petit plaisir » pour une majorité d’Européens, contrairement aux cultures sud-américaines et asiatiques où il est normal de manger chez soi un repas préparé ailleurs (vente à emporter, click & collect, livraison). La pénétration du marché de la livraison de repas (chez les moins de 50 ans) dans les villes de Corée du Sud est de 99%, 84% en Chine et 80% dans les villes brésiliennes. En comparaison, la pénétration est beaucoup plus faible au Royaume-Uni avec 36 %, 37% en Espagne et 44% en France.

 

Les dépenses alimentaires hors-domicile des seniors avant la covid-19

Avant la crise, en 2016, le montant annuel des dépenses par ménage 50+ en alimentation hors-domicile s’élevait à en moyenne 1142€ pour les Seniors Français, 977€ pour les Allemands et 1314€ pour les Belges. Sans surprise ce sont les plus jeunes seniors qui dépensent le plus : manger hors de chez soi est source de plaisir, une façon de profiter de la vie, et ils ont les plus hauts devenus.

Lire notre article : Avoir 65 ans en 2020 : Martine, femme, féministe et indépendante (article de projection écrit en 2018)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est depenses-ali-hors-foyer-1024x304.jpg.

Ces dépenses diminuent presque continuellement à partir de 50 ans. Une diminution qui s’accélère dans les trois pays à partir 75 ans, période de la vie caractérisée par la survenue de problèmes de santé qui limitent au quotidien et qui conduisent à un repli sur le domicile. Les personnes de 75+ ans appartiennent aussi à la génération silencieuse qui va moins en restaurant que les générations d’après, notamment les Baby-boomers.

 

Source :

[Kantar] :  etude-kantar-la-restauration-a-perdu-585-m-semaine-durant-le-confinement–93649

Seniosphère Conseil

 

 

A lire aussi sur l’observatoire des seniors :

4-profils-de-seniors-selon-leurs-depenses-alimentaires/

les-depenses-alimentaires-des-55/