Le jardin, un espace de loisir et de convivialité de plus en plus investi par les seniors

Jardiner est un loisir prisé des retraités qui y passe du temps et dépense de plus en plus d’argent pour en profiter.   

La génération du Baby-Boom est celle qui a transformé le jardin du statut de potager, avec une vocation très fonctionnelle de nourrir la maison (issue de la guerre), à celui de jardin d’agrément, source de plaisir. C’est aussi une génération qui a vu ses parents travailler dur au jardin et qui a recherché à le transformer en espace de bien-être et de convivialité où l’on reçoit sa famille, ses amis et où l’on passe un bon moment avec ses petits-enfants. Jardiner avec ses petits-enfants est une activité très prisée des grands parents d’enfants de moins de 12 ans. 

 Le jardin des Baby-Boomers a vu arriver des meubles et des équipements comme le barbecue qui ne faisait pas du tout partie des modes de consommations des générations précédentes. C’est pour accompagner ces changements que l’on a vu émerger de nombreuses enseignes proposant à la fois du fonctionnel autour du jardin comme des graines, des outils, des plantes, etc… Elles mettent aussi en avant une offre d’objets plaisirs ou de confort comme des canapés de jardin, des tonnelles ou des représentations d’animaux. Le jardin des Baby-Boomers aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec le jardin des années 50 de leurs grands-parents. 

Pour deux tiers des 50 à 75 ans, leur résidence principale est une maison individuelle. S’agissant de résidence secondaire, 16 % des Baby-Boomers ont en une contre 11% de la Génération Silencieuse et c’est au sein des cadres et professions intellectuelles que l’on trouve le plus fort taux de détention de résidence secondaire avec un quart d’entre eux qui en possèdent une1. Habiter dans une maison ou avoir une résidence secondaire sont davantage d’occasion d’avoir un jardin et de s’adonner au jardinage. 

Selon une étude Kantar, en 2019, ce sont les seniors de plus de 65 ans qui sont les plus grands détenteurs d’un jardin (33%) contre 19% des 55-64 ans ou d’une terrasse (32%)2. Ces espaces extérieurs sont l’occasion de loisirs nombreux autour du jardinage et du bricolage. En France, trois personnes sur quatre des 55-75 ans déclarent que c’est « important de faire du jardinage et du bricolage pour bien vieillir »3.  

Des achats et du temps passé qui augmentent avec le passage à la retraite 

Le passage à la retraite est synonyme de plus de temps libre et les retraités en profitent pour s’adonner à deux de leurs activités préférées : le jardinage et le bricolage. Pour cela, ils sont prêts à dépenser pour se faire plaisir. Les dépenses des plus de 55 ans en petit outillage et accessoires de bricolage et jardinage sont en moyennes de 165€ par an contre 92 € pour les moins de 55 ans soit un écart de 74€ par an.  

Le marché des végétaux d’extérieurs y compris potager est un marché porté par les seniors. En effet, 40% des dépenses sont réalisées par les foyers de 65 ans et plus et 31% pour les 50-64 ans.  

Pour les moins de 54 ans, les dépenses annuelles moyennes par ménage restent stables entre 2011 et 2017. On observe cependant une hausse des dépenses pour les 55-64 ans (+12ppt). Et c’est chez les 65-74 ans, que les dépenses annuelles moyennes ont explosé avec une croissance de plus de 60% en l’espace de 6 ans avec + 122 par an, témoignage de l’appétence des Baby-Boomers nouveau retraités pour le jardinage. 

Les 65-74 ans passent 27 minutes dans la journée à jardiner et se sont les hommes qui y passent davantage de temps, 39 minutes contre 15 minute pour les femmes 5 

Selon une étude Harris Interactive6, la crise sanitaire a accéléré cette activité comme le montre la progression de la pratique pendant le confinement. 

Question : Pour chacune des activités suivantes, diriez-vous que vous la pratiquez aujourd’hui plus qu’avant le début du confinement ? 

Les seniors de plus de 65 ans pratiquaient déjà du jardinage et du bricolage ce qui explique une progression moins importante que celle des moins de 50 ans notamment chez les 15-24 ans. Cependant, 44% des 50-64 ans déclarent avoir plus jardiné (balcon, terrasse, jardin) qu’avant le début du confinement et 36% des plus de 65 ans ont une pratique qui a encore progressé