En 2020, la mortalité a connu la plus forte hausse depuis 70 ans.

Selon l’INSEE, la pandémie de COVID-19 a fait perdre plus d’une demi-année d’espérance de vie aux français.

En 2020, 669 000 personnes sont décédées en France ; 9,1% de plus qu’en en 2019. Cette hausse est la plus forte depuis 70 ans.

Même si depuis quelques années, la mortalité progresse à cause de l’arrivée des générations nombreuses du Baby boom à des âges de forte mortalité, l’évolution de 2020 est sans commune mesure avec celles des années précédentes.

La mortalité a progressé de 0.7% en moyenne entre 2004 et 2014 puis de 1.9% entre 2014 et 2019.

En 2021, la mortalité reste élevée, environ 178 000 décès sur les trois premiers mois, soit +7% par rapport à la même période de 2019.

La hausse de la mortalité est plus forte chez les plus de 65 ans

Sur la tranche d’âge des plus de 65 ans, le nombre de décès a progressé de 10.5% entre 2019 et 2020.

La pandémie de COVID-19 a fait perdre 0.5 an d’espérance de vie aux femmes et 0.6 an aux hommes.

En 2020, l’espérance de vie à la naissance est de 85,1 ans pour les femmes et 79,1 ans pour les hommes.

La baisse de l’espérance de vie entre 2019 et 2020 provient essentiellement d’un excès dans les tranches d’âge les plus élevées ; l’évolution des décès après 80 ans explique 63% de la baisse de l’espérance de vie chez les femmes et 48% chez les hommes. A l’inverse, la mortalité avant 40 ans a baissé en 2020.

Plus précisément, le nombre de décès lors de la 1° vague de COVID (1er mars au 30 avril 2020) était 30% supérieur à la même période de l’année précédente pour les 75 ans et plus, lors de la 2°vague (1er septembre – 31 décembre), l’augmentation des décès sur cette même tranche d’âge était d’environ 20%.

Un phénomène Européen

La baisse de l’espérance de vie en 2020 est observée dans toute l’Europe, selon les estimations d’Eurostat, l’espérance de vie a chuté de plusieurs mois dans la plupart des pays européens et de plus d’un an pour l’Espagne, La Bulgarie, la Pologne et l’Italie.

 

Sources: