Bien Vieillir est toujours d’actualité pour les Baby Boomers

Seniosphère a mis à jour son Observatoire du Bien Vieillir pour 2020.

Bien Vieillir est une attente qui se renforce d’année en année chez les Baby Boomers. En 2020, en particulier, Bien Vieillir est essentiel pour leur permettre, après la pandémie, de faire ce dont cette crise les prive : voir leurs proches, voyager, profiter de la vie.

Bien Vieillir « c’est être bien dans son corps et en bonne santé » et « être bien dans sa tête, serein ».

Être bien dans son corps

L’alimentation est le premier pilier du Bien Vieillir, son importance s’est amplifiée avec le confinement. Pour les Baby Boomers français, une alimentation saine et équilibrée est le premier réflexe à avoir pour rester en bonne santé. En 2020, l’alimentation devient un loisir ; plaisir de préparer de bons petits plats ou même d’entretenir son potager ou s’essayer à  l’élevage de poules.

La tendance est aussi à se soigner par l’alimentation ou tout au moins renforcer son système immunitaire, aux USA de plus en plus de marques mettent en avant leur capacité à renforcer les défenses immunitaires.

Le deuxième pilier du Bien Vieillir est l’activité physique dont la privation a frustré les Baby Boomers cette année. Cette frustration par rapport à la situation sanitaire est nourrie des frustrations antérieurs liées à l’abandon des sports de la jeunesse, intenses et motivants  pour des  sports  doux, voire « mous ». En temps normal, ce manque est compensé par le plaisir du collectif, cette année certains Baby Boomers, comme les autres générations, se sont tournés vers les sports à domicile, les applis de yoga ou les vélos elliptiques…

Être bien dans sa tête

Le bien-être physique et le bien-être psychique sont intimement liés.  Au-delà de l’alimentation et de l’activité physique, le lien social est essentiel pour  Bien Vieillir et il a été mis à mal cette année.

L’étude de Seniosphère met en lumière un investissement grandissant des Baby Boomers  dans leurs relations aux animaux de compagnie.

L’âgisme, un frein émergeant pour le bien vieillir.

L’âgisme – le rejet ou la critique d’une personne à cause de son âge – n’est pas récent mais il a pris une connotation nouvelle cette année. Subitement, les fringants Baby Boomers se sont retrouvés dans la catégorie « des personnes à risque » au même titre que tous les plus de 65 ans et se sont sentis stigmatisés et isolés.

A lire également sur l’observatoire des seniors : Les seniors ont besoins de se sentir utiles ! Baromètre du bien-vieillir 2018

Source : Observatoire du Bien Vieillir 2020

Étude qualitative de 15 entretiens individuels de profils représentatifs de la population de 55-75 ans.

Seniosphère Conseil, leader européen en stratégie et marketing senior (seniosphere.com)