4 millions de seniors en perte d’autonomie en 2050, y aura-t-il assez de places en EHPAD ?

Une étude de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques) met en évidence le besoin de changement de politiques publiques sur l’entrée en institution pour les personnes dépendantes, si la France veut pouvoir accueillir tous les seniors dans le besoin d’ici 2050.

En 2030, la France comptera 21 millions de personnes de 60 ans et plus, dont 3 millions en perte d’autonomie. En 2050, le pays comptera 25 millions de 60+, dont 4 millions en perte d’autonomie.

Les personnes de cette tranche d’âge vivent principalement dans 3 types de lieux de vie : les logements personnels, les habitats intermédiaires comme les résidences autonomie et les établissements spécialisés comme les EHPAD. Le choix du lieu de vie dépend du niveau d’autonomie de la personne, mais aussi du nombre de places disponibles en établissement.

Si les politiques publiques d’entrée en institution et le nombre de places en EHPAD restent inchangés (scénario 1 intermédiaire de la DREES), il faudra ouvrir de nombreuses places en EHPAD pour accueillir toutes les personnes dépendantes. Selon l’étude, il faudrait ouvrir 108 000 places en EHPAD d’ici 2030, puis 211 000 d’ici 2050. Ce qui revient pratiquement à doubler le rythme d’ouverture de places observé depuis 2011.

Les politiques actuelles veulent favoriser le maintien à domicile

Favoriser le maintien à domicile et limiter les places en EHPAD, comme le plébiscitent les politiques actuelles, pourrait entraîner le report d’une partie des seniors vers des formes d’habitat intermédiaire entre les logements ordinaires et les EHPAD, comme les résidences autonomie. Le nombre de personnes en résidence autonomie, qui s’élève actuellement à un peu plus de 100 000, devrait alors être multiplié par 1,5 à 2,5 en 2030 par rapport à aujourd’hui, selon les scénarios d’évolution du nombre de places en EHPAD retenus. Les EHPAD se concentreraient alors sur l’accueil des seniors les plus dépendants.

Deux scénarios supplémentaires d’évolution du nombre de places en EHPAD sont donc considérés dans les projections, afin d’estimer l’impact de ces politiques. Scénario 2 : le nombre de place en EHPAD reste constant, au niveau de fin 2019. Scénario 3 : l’ouverture de nouvelles places en EHPAD au même rythme annuel que celui observé sur la période 2012-2018.

Selon ces données, en 2030, si les seniors autonomes et dépendants sont accueillis en résidence autonomie, selon le scénario 1 d’ouverture de places en EHPAD : 140 000 vivront en résidence autonomie. Selon le scénario 2, ils seraient 250 000, et 200 000 selon le scénario 3.

Dans une hypothèse optimiste, où l’espérance de vie sans perte d’autonomie augmenterait d’autant d’années que l’espérance de vie globale, le maintien du rythme d’ouverture de nouvelles places en EHPAD observé depuis 2012 suffirait pour conserver les pratiques actuelles d’entrée en institution des seniors en perte d’autonomie entre 2020 et 2050.

Cependant, dans une approche pessimiste, c’est-à-dire si les gains d’espérance de vie passent dans un état de perte d’autonomie, le maintien du rythme d’ouverture de nouvelles places en EHPAD, observé entre 2012 et 2018, (scénario 3), orienterait d’ici 2030, 20 000 seniors modérément dépendants et 73 000 seniors autonomes vers d’autres formes d’habitat. Si ces 20 000 seniors modérément dépendants étaient reportés vers les résidences autonomie, la capacité d’accueil de ces dernières devrait alors atteindre 160 000 places.

 

Sources