Pour bien vieillir, les seniors comptent sur la socialisation

Pour bien vieillir, les seniors comptent sur la socialisation

Print Friendly, PDF & Email

Depuis 10 ans Seniosphère Conseil s’intéresse aux Baby-boomers, cette génération née entre 1945 et 1964. C’est la génération de l’après-guerre et de la société de consommation, dont le pouvoir d’achat est aujourd’hui supérieur à celui des générations précédentes. Ils ont aujourd’hui entre 55 et 75 ans et sont les témoins de la naissance du terme « Bien Vieillir ». Ces deux mots, considérés comme antagonistes il y a une dizaine d’années, sont devenus l’expression d’un style de vie auquel les nouveaux seniors, mais aussi les plus jeunes, aspirent.

Bien vieillir est considéré comme important pour la grande majorité des Baby-boomers en Europe. Mais les Baby-boomers des trois pays ne sont pas d’accord sur l’âge à partir duquel il faudrait commencer à s’en préoccuper : au Royaume-Uni, ils sont 65% à considérer qu’il faut s’occuper de son Bien Vieillir avant 40 ans ; en France 68% répondent avant 50 ans ; tandis qu’en Allemagne, 63% pensent qu’il faut agir après 50 ans.

Quand on leur demande quelles sont leurs priorités pour bien vieillir, les Baby-boomers s’accordent pour citer en premier la socialisation, qui comprend les contacts avec la famille et, dans une plus faible proportion, les amis ; puis l’alimentation équilibrée et les activités culturelles et artistiques.

Qu'est-ce qui est le plus important pour bien vieillir

Pour près de 90% personnes interrogées dans les trois pays, bien vieillir signifie d’abord « être en bonne santé ». Les autres dimensions importantes pour bien vieillir varient selon la nationalité. Par exemple, les pratiques médicales (prendre des médicaments, faire des examens réguliers) ont un score beaucoup plus élevé au Royaume-Uni et en Allemagne, alors qu’en France, on accorde une importance plus élevée à la pratique du sport.

Que feriez-vous avec un budget supplémentaire de 300€ ?

A la question « Si vous aviez 300€ à dépenser pour vous aider à bien vieillir, vous les dépenseriez avant tout dans… ? », la plupart des Baby-boomers ont répondu qu’ils les dépenseraient dans une alimentation plus équilibrée.

Les Allemands et les Français ont un plus grand intérêt pour le bien-être et le soin de soi que les Anglais : 51% et 41% choisiraient de dépenser cet argent dans des séances de spa, thalasso ou cure contre 11% au Royaume-Uni. Cette différence s’explique par le fonctionnement des systèmes de soin des pays. Peu de Français choisiraient de dépenser ces 300€ dans des lunettes ou chez le dentiste probablement car ils sont mieux remboursés que leurs voisins européens.

D’autres dimensions ne sont pas du tout considérées comme une priorité, et ce, dans les trois pays. C’est le cas de tout ce qui touche à l’apparence physique, même chez les femmes : la chirurgie esthétique, les séances d’UV, les produits de beauté, etc.

Que feriez-vous avec 5 années de vie en bonne santé supplémentaires ?

A la question « Que feriez-vous avec 5 années de vie en bonne santé supplémentaires ? » Les Baby-boomers répondent en majorité « Je voyagerais ». Ils ont un désir marqué pour l’évasion et le dépaysement, par rapport aux générations précédentes. Ils répondent ensuite qu’ils aimeraient voir davantage leurs proches, signe de l’importance de l’entourage pour cette génération.

Ils sont aussi nombreux à avoir affirmé qu’ils ne changeraient pas leurs habitudes s’ils avaient ces années supplémentaires. Le score est plus faible au Royaume Uni (21%) qu’en France (32%) ou en Allemagne (33%).

La perspective d’une vie plus longue et l’impact sur le quotidien sont perçus de façon différente entre les trois pays. En France, c’est tout le style de vie qui est touché : que ce soit l’alimentation, l’activité physique, l’aménagement du logement, le lieu d’habitation, les habitudes de loisir, etc. Au Royaume-Uni, les Baby-boomers ne semblent pas considérer que la dimension habitation joue un rôle important dans la perspective d’une vie plus longue. En revanche, il sont plus nombreux que les Français à penser à leurs finances et à déclarer que leur activité physique et leur alimentation sont influencées par la perspective de vivre longtemps. En Allemagne, les relations avec les proches sont particulièrement investies, plus que les activités physiques et le logement.

Méthodologie : l’étude a été réalisée online en France, en Allemagne et au Royaume-Uni en avril 2018 auprès d’individus âgés de 55 à 75 ans, représentatifs de la population de leur pays.

Retrouver toute l’étude en cliquant sur le lien suivant2008-2018 Observatoire sur les Baby Boomers et le Bien Vieillir en Europe 


A lire également :

Le bien vieillir en Europe

Des objets connectés pour bien vieillir

Les seniors français marchent en moyenne 7436 pas par jour