Un nouveau baromètre a vu le jour : « Combien ça coûte d’être vieux en France ? ». L’étude menée par Silver Alliance et Retraite.com a évalué le montant des dépenses quotidiennes nécessaires afin que les retraités de plus de 65 ans puissent vieillir chez eux. C’est la première fois que de telles données sont calculées.

Pour l’étude, de nombreux paramètres ont été pris en compte :

– Le montant net mensuel de la retraite à taux plein : retraite faible (903,20€), retraite moyenne (1 382€) et retraite élevée (3 100€)

– La gamme tarifaire des produits et services étudiés : entrée, milieu et haut de gamme

– Les tranches d’âge : 65-75 ans, 75-85 ans et plus de 85 ans

Le coût de plus de 25 produits et services comme la mutuelle santé, l’aide à domicile ou l’achat de mobilier adapté au bien-vieillir ont été étudiés afin d’établir le coût du bien-vieillir à domicile. Les frais récurrents tels que le loyer, l’électricité, le gaz, l’eau ou l’alimentation n’ont pas été pris en compte.

En moyenne, 1 053€ par mois ou 12 641€ par an sont nécessaires aux seniors pour bien vivre chez eux. Et plus on vieillit, plus le coût du bien-vieillir chez soi grimpe :

Ainsi, pour une personne entre 65 et 75 ans, il faut débourser en moyenne 651€ par mois pour bénéficiers de services classiques et vivre chez soi de façon adaptée. Pour une personne entre 75 et 85 ans, pour la même gamme de produits et services, il faut en moyenne 734€ par mois. Le montant s’envole pour une personne de plus de 85 ans : 1 815€ en moyenne pour les services classiques.

L’étude a pris en compte les différentes aides de l’état pour accompagner le vieillissement.

Les postes de dépenses liés au bien vieillir à domicile différent en fonction de l’âge

Ces écarts de prix s’expliquent par des besoins différents en fonction de l’âge. Pour la tranche d’âge la plus jeune, les frais de santé sont le premier poste de dépense : mutuelle, optique, dentaire, etc. Viennent ensuite des dépenses liées aux loisirs et aux voyages afin de profiter de la retraite, de la vie de famille et de ses amis. Enfin, le troisième poste est celui des services à domicile : ménage, jardinage, accompagnement des personnes fragiles, etc.

Pour les 75-85 ans, les postes de dépenses ne diffèrent pas beaucoup. Les seniors de cet âge utilisent principalement leur argent pour payer les frais de santé et les services à domicile, pour les choses qu’elles ne peuvent plus faire elles-mêmes.

Pour les plus âgés, ce sont les services à domicile qui sont le premier poste de dépenses et qui expliquent cette différence de budget. L’autonomie se dégrade de plus en plus et il faut de l’aide pour continuer à vieillir chez soi : faire les courses, le ménage, le jardinage, les repas, la toilette, les soins infirmiers, etc. Viennent ensuite potentiellement les dépenses liées à la garde des aînés afin d’éviter les accidents et rassurer les proches. Ces dépenses peuvent s’avérer très élevées puisqu’il s’agit généralement de nouveaux outils technologiques (capteurs de présence, lumières automatiques dans la nuit, colliers pour prévenir les aidants en cas de chute, etc.).

« Vieillir à domicile a logiquement un coût croissant avec l’âge pour veiller sur sa santé et compenser sa perte d’autonomie, déclare le CEO du site Retraite.com. Avec un pouvoir d’achat parfois en berne à la retraite, définir tous les services nécessaires au bien vieillir à domicile nous a semblé indispensable pour informer et aiguiller les Français sur les produits et services essentiels pour profiter pleinement de sa retraite. »

La France compte aujourd’hui près de 15 millions de retraités et plus de 85% veulent pouvoir vieillir chez eux. Cette étude permet de se projeter et d’anticiper les dépenses liées au vieillissement. Elle a également vocation de se renouveler chaque année, une excellente façon de suivre les tendances et le niveau de vie des retraités qui souhaitent vieillir chez eux.

Retrouvez ici l’étude complète : « Combien ça coûte d’être vieux en France ».

A lire aussi sur l’observatoire des seniors : loi : adaptation de la société au vieillissement L’évolution des postes de consommation à partir de 50 ans 4 millions de seniors en perte d’autonomie en France en 2050