Seulement 31% des Français entre 60 et 64 ans en emploi

Voilà un peu plus de 50 jours que les grèves contre le nouveau système des retraites ont lieu partout en France. Ce nouveau système prévoit d’instaurer un système universel par points, sans repousser l’âge de départ à la retraite. Mais avant de changer tout le système afin de le rendre plus rentable, ne serait-il pas nécessaire d’améliorer les conditions de travail afin de préserver l’emploi chez les seniors ?

En France aujourd’hui, l’âge légal de départ à la retraite est 62 ans. L’âge de la retraite à taux plein, lui, est 67 ans. En 2016, les Français partaient à la retraite à 61 ans et 10 mois en moyenne, soit un an plus tard par rapport à 2003.

taux_emploi_seniors_2019
Source : Dares

Le taux de seniors en emploi chute considérablement entre la catégorie des 55-59 ans (72,1%) et celle des 60-64 ans (31%). La plupart des Français prennent leur retraite par choix : pour profiter pleinement de la retraite, parce qu’ils ont atteint l’âge légal ou parce qu’ils ont atteint l’âge à taux plein, mais ils sont nombreux parmi les 60-64 ans à quitter l’emploi sans l’avoir choisi.

D’après une étude de France Stratégie, les seniors aimeraient bien travailler, mais nombreux sont ceux qui n’y parviennent pas. Les seniors font face à des représentations négatives liées à l’âge (maîtrise des outils numériques, niveau de salaire plus élevé que celui des jeunes), freinant leur maintien ou leur retour à l’emploi. La santé peut également être un frein. Plus de la moitié des personnes prématurément sorties de l’emploi l’ont fait pour des raisons de santé : conditions de travail, pénibilité, non aménagement des postes, etc. 28% des seniors avancent ce motif comme étant important dans leur décision de départ à la retraite. 30% des départs sont liés à des problèmes de santé qui rendaient le travail plus difficile.

Améliorer les conditions de travail pour préserver l’emploi

taux_emploi_5564ans_france_2003_2018

La part des seniors en emploi a considérablement augmenté depuis 2003. L’augmentation la plus significative est entre 2011 et 2012 (+3,1 points), suite à la réforme des retraites de 2010 de Nicolas Sarkozy, qui a passé l’âge légal de la retraite de 60 à 62 ans. Mais la réforme a également augmenté le coût des arrêts maladies puisque les seniors étaient plus présents sur le marché du travail. D’après un rapport de l’Assurance maladie publié en 2018, le montant de l’indemnisation maladie a augmenté de 15% entre 2010 et 2016, passant de 6,2 à 7,1 milliards d’euros. En 2016, la durée moyenne d’arrêt indemnisé était de 76 jours pour les salariés de plus de 60 ans, contre 35 jours pour la moyenne de tous les salariés.

Pour parvenir à l’équilibre du système des retraites, plutôt que de reculer l’âge du passage à la retraite en fonction de l’augmentation de l’espérance de vie, il s’agirait avant tout de maintenir les Français à l’emploi, en prévenant l’usure professionnelle, en développement la formation professionnelle tout au long de la vie et en visant l’intergénérationalité des emplois et des compétences au sein des entreprises.

Quand on demande aux Français qui pourraient techniquement partir en retraite pourquoi ils souhaitent continuer à travailler, la première raison qu’ils avancent est l’intérêt de leur emploi et des conditions de travail satisfaisantes. France Stratégie

Sources :

https://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/dares_tableau_bord_seniors_janvier_2020.pdf
https://francais.rt.com/economie/53120-le-recul-de-l-age-de-la-retraite-a-62-ans-couterait-cher-aux-francais