Salon des seniors – Conférence : l’activité physique comme antalgique à la douleur

Print Friendly, PDF & Email

Caroline Maindet n’est pas un médecin tout à fait comme les autres. Elle est médecin de la douleur au Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble et espère développer de nouvelles pratiques dans le but de réduire la prescription de médicaments. Elle était au salon des seniors vendredi 8 avril dernier pour présenter la conférence Ufolep : “L’activité physique, un antalgique à la douleur”.

Avant toute chose, il faut savoir différencier l’activité physique du sport. “Je ne demande pas à mes patients de courir un marathon pour rester en forme !” rassure Caroline Maindet face à une assemblée de seniors dubitative. Par activité physique, elle entend toute activité qui sollicite les muscles : marcher plutôt que prendre la voiture pour acheter du pain, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur ou encore faire son ménage.

Les maladies chroniques entraînent l’isolement

30% des seniors français souffrent de douleurs chroniques (qui durent depuis au moins trois mois) comme l’arthrose, les céphalées, les sciatiques, etc. “Les douleurs chroniques peuvent faire apparaître la kinésiophobie, explique le médecin. C’est-à-dire la peur de bouger et se blesser à nouveau. Cela génère une baisse de l’activité physique et peut entraîner l’isolement et l’exclusion.”

Ce sont ces douleurs qui peuvent être prévenues, voire combattues grâce à l’activité physique, car parfois, les médicaments sont inefficaces. “On utilise beaucoup trop les produits anti-inflammatoires en France. On pourrait développer une approche non pharmacologique. L’activité physique a déjà fait ses preuves sur la santé et sur le moral”, assure Caroline Maindet. En effet, pratiquer une activité régulière (20 minutes trois fois par semaine) diminuerait de 20% le risque de récidive du cancer du sein. Pourquoi pas les douleurs chroniques ? L’expérience a déjà été menée à Strasbourg où des médecins prescrivaient du sport sur ordonnance.

Reconditionner son corps à l’activité physique

Caroline Maindet a présenté la conférence Ufolep
Caroline Maindet a présenté la conférence Ufolep

Avant de se lancer, Caroline Maindet conseille néanmoins de voir un médecin généraliste afin d’éviter de solliciter des muscles trop fragiles ou de se blesser. Il est également important de se faire plaisir, d’y aller progressivement, régulièrement et d’être suivi. “Je ne vais pas m’inscrire dans un club de sport de combat juste pour rester en forme, je vais y aller en traînant les pieds. Je vais plutôt faire de la marche ou du vélo”, illustre-t-elle. Elle insiste également sur le fait qu’il n’existe pas de solution miracle. “Il n’y a pas un modèle de réussite en ce qui concerne l’activité physique. Ce qui a marché sur une personne ne fonctionnera pas forcément sur vous.” Il est donc important de se faire plaisir, de se fixer des objectifs et d’évaluer les résultats progressivement.


Vrai ou faux ?

 

> Il existe des contre-indications à l’activité physique

FAUX : il peut y avoir des contre-indications au sport, mais jamais à l’activité physique. Il faut néanmoins être suivi par un médecin.

 

> Si on bouge, on dissémine les cellules cancéreuses

FAUX : archi faux.

 

Avec l’âge, on ressent de moins en moins la douleur

FAUX : au contraire, elle devient de plus en plus intense car on devient de plus en plus sensible.

 

Si on arrête son activité physique pendant deux semaines, on perd le bénéfice du travail accompli

FAUX : d’ailleurs, en musculation, la récupération fait partie de l’entraînement. Les muscles ont besoin de se reposer pour se régénérer et se développer.

 

> L’OMS recommande 150 minutes d’activité physique par semaine pour rester en forme

VRAI : soit environ 20 minutes par jour.

 

La conférence a eu lieu vendredi 8 avril 2016 au Salon des Seniors de Paris, Porte de Versailles, dans la salle Marthin Luther King de 13h à 13h45.


A lire également :

De la musculation pour limiter les lésions cérébrales

Des robots pour assister le quotidien des âgés

Les phases de vie des seniors