Murièle Roos, créatrice de Femme Majuscule

Murièle Roos, une femme Majuscule

Print Friendly, PDF & Email

Une femme de plus de 18 ans sur deux a au moins 55 ans. Dans 10 ans, elles seront 55%. C’est dans ce nouveau champs d’exploration que s’est lancée Murièle Roos en créant Femme Majuscule en 2011.

“On s’intéresse beaucoup aux jeunes femmes dans les magazines, mais peu à celles qui ont entre 45 et 70 ans”, explique Murièle Roos. Après avoir passé 20 ans dans le Marketing, elle a voulu offrir à ces femmes – et un peu à elle-même – un magazine qui leur ressemble, avec des sujets dans lesquels elles se reconnaissent. “Selon la presse féminine, la femme est jeune, puis ménagère, puis vieille. On le voit avec tous les magazines beauté et leurs mannequins de 20 ans, la presse spécialisée maison et enfant, ainsi que les magazines pour les seniors comme Notre Temps.”

Majuscule mais pas seniors

Si “seniors” n’apparaît pas dans le nom du magazine, c’est parce que les 45-70 ans ne se reconnaissent pas dans ce terme. “Senior est assexué, mais la femme doit pouvoir affirmer sa sexualité pour exister. De plus, être catégorisé comme seniors dès 55 ans et ce jusqu’à la fin de sa vie, ça n’a pas de sens. Il a donc fallu trouver une façon de se nommer”, explique Murièle.

D’après le dictionnaire historique de la langue française, majuscule vient de “majusculus” qui signifie “un peu plus grand”. “La femme de 50 ans est un peu plus grande, donc on lui parle autrement. Et puis, la majuscule est en début de phrase. La femme se redresse quand on lui dit qu’elle est majuscule, elle est fière d’avoir son âge.” Murièle et son équipe n’avaient pas conscience de la valeur du terme “majuscule” avant qu’une étude soit menée*. “73% des femmes interrogées se sont reconnues dans le terme”, annonce-t-elle fièrement.

La communauté Majuscule

Si Femme Majuscule est autant lu, c’est aussi parce que les lectrices aident à préparer chaque numéro. Des rencontres sont régulièrement organisées à Paris et en province avec l’équipe de rédaction. “C’est leur magazine avant d’être le nôtre. Les rencontrer permet de croiser les points de vue et de multiplier les témoignages, car avec le temps, on apprend que tout n’est pas noir et blanc, mais plutôt gris.”

extrait femme majuscule numéro 32
Extrait du numéro 32 de Femme Majuscule : des lectrices testent des produits et témoignent.

Un espace communautaire a été créé sur le site internet de Femme Majuscule. Il permet aux lectrices et à des bloggeuses de se retrouver, de discuter. “On a parfois besoin d’une forme d’entre-soi pour s’afficher au monde et ensuite s’ouvrir aux autres générations, explique la rédactrice en chef. Certaines lectrices sont devenues de véritables amies grâce à la communauté !”

Un féminin qui a ses propres codes

Femme Majuscule est écrit par des femmes Majuscules qui utilisent les codes de la presse féminine : beauté, mode, bien-être, etc., mais toujours dans le prisme de cette cible de plus de 45 ans. Les mannequins qui illustrent le magazine ont toutes plus de 40 ans. “J’ai toujours refusé de prendre des femmes plus jeunes, ça n’aurait aucun sens. Et si on a du mal à trouver un mannequin adapté au sujet que l’on veut traiter, on repousse le sujet.”

extrait pages mode numéro 32 de femme majuscule
Extrait des pages mode du numéro 32 de Femme Majuscule. Toutes les mannequins ont plus de 40 ans.

Le style éditorial se démarque lui-aussi des autres féminins. “Nous ne sommes pas dans l’injonction, explique Murièle Roos. On ne va pas dire à nos lectrices qu’il faut CE régime, CE maillot de bain, CE sac à main pour l’été. On a pas besoin de donner d’ordre à une femme Majuscule, elle décide seule.” Alors les journalistes font des propositions et précisent qu’il est important de rester soi-même.

Retrouvez Femme Majuscule sur  :
– Facebook : Femme Majuscule
– Instagram : @femme_majuscule

*Étude menée par le CSA auprès d’un échantillon de 1000 femmes de plus de 45 ans.


A lire également :

Quinquados, fantasme ou réalité ?

Statut de la femme : de la générations silencieuse aux Baby-Boomeuses

L’indicateur du bonheur des femmes 55+ (2016)