L’OMS lance l’observatoire mondial de la démence et un plan d’action à 2025

L’OMS lance l’observatoire mondial de la démence et un plan d’action à 2025

Print Friendly, PDF & Email

Selon l’OMS , le nombre de personnes atteintes de démence devrait exploser avec l’augmentation de l’espérance de vie et l’accroissement démographique. Le sujet doit devenir une priorité de santé publique. L’Organisation a d’ailleurs mis au point un plan mondial contre la démence 2017-2025.

En 2015, suite à la Conférence ministérielle sur l’action mondiale contre la démence organisée par l’Organisation Mondiale de la Santé, le gouvernement britannique a annoncé que plus de 100 millions de dollars seraient investis dans un fond innovant de recherche sur la démence au niveau mondial. L’OMS s’est, de son côté, engagée à créer un observatoire mondial de la démence et de mettre au point un plan d’action dès 2017.

L’Objectif de l’OMS est d’améliorer la vie des personnes atteintes de démence, de leurs aidants et de leurs familles, mais aussi d’atténuer l’impact  social et économique de ces troubles cognitifs grâce à sept domaines d’actions :

  • Faire du sujet une priorité de santé publique
  • Mieux informer et sensibiliser l’ensemble des acteurs : citoyens, politiques, professionnels de la santé, milieu associatif
  • Réduire les risques de démence par la prévention et une meilleure connaissance des maladies causant les troubles neurologiques
  • Diagnostiquer, traiter et prendre en charge
  • Soutenir les aidants et la famille
  • Développer des systèmes d’information pour récolter des données sur la démence
  • Développer la recherche et l’innovation
OMD plan mondial démence - infographie
Source : OMS

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la démence n’est pas une étape normale du vieillissement. Elle est un syndrome causé par diverses maladies neurologiques qui affectent la mémoire, le raisonnement, le comportement  et l’aptitude à effectuer des tâches quotidiennes. Ainsi, Alzheimer, Parkinson, un AVC ou un traumatisme crânien peuvent provoquer une démence. Celle-ci peut survenir à tout âge mais touche essentiellement les personnes âgées (60 à 70% des démences sont causées par Alzheimer). Il existe deux grandes catégories de démence : les démences dégénératives et non-dégénératives.

Il est possible de ralentir la progression des troubles et de soulager la vie des personnes atteintes en détectant les symptômes le plus tôt possible, mais pour ça, il faut mieux en connaître les causes. Globalement, la démence coûte environ 818 milliards de dollars chaque année. Avec l’augmentation du nombre de personnes touchées, ces coûts devraient continuer à augmenter et poser de nombreuses difficultés aux systèmes de santé.

« Elle ne nous reconnaissait que très rarement alors que j’ai grandi chez elle. »

Toutes les trois secondes, un nouveau cas de démence est diagnostiqué à travers le monde. Cela représente environ 10 millions de nouveau cas par an. En 2015, 47 millions de personnes étaient touchées à travers le monde dont 60% provenant dans un pays à revenu faible ou intermédiaire. D’ici 2050, 152 millions de personnes devraient être touchées dont 71% provenant d’un pays à revenu faible ou intermédiaire.

Les maisons de retraite ou centres spécialisés dans l’accueil des personnes souffrant d’Alzheimer par exemple, coûtent très chers. Certains aidants font donc le choix d’accueillir un proche touché par la démence à leur domicile. Ces aidants supportent d’autant plus des pressions physiques, psychologiques et financières.

Adélaïde a 48 ans. Elle est cadre, mariée et mère de trois enfants. Elle a accueilli pendant trois mois au sein de son foyer sa grand-mère atteinte d’Alzheimer car cette dernière ne pouvait plus vivre seule chez elle :

« Toute l’organisation de la famille a été chamboulée. Nous l’avons installée dans notre chambre au rez-de-chaussée pour qu’elle n’ait pas  à monter ou descendre les escaliers. Les enfants devaient être attentifs à ses allers et venues et à ses besoins, vérifier si elle avait mangé ou bu quelque chose au cours de la journée. Nous nous relayions avec ma sœur pour lui faire la toilette. C’était extrêmement éprouvant. Elle ne nous reconnaissait que très rarement alors que j’ai grandi chez elle. Nous avions choisi cette solution car la maison de retraite coûtait plus de 1000 euros par mois. Mais elle a commencé à errer dans la maison en pleine nuit, à vouloir s’en aller ou à être agressive avec la cadette car elle faisait parfois du  bruit en jouant. Nous l’avons finalement placée, nous ne pouvions plus nous occuper d’elle. Nous n’étions pas toute la journée à la maison pour la surveiller et elle refusait de plus en plus souvent notre aide. Elle a été accueillie dans un centre spécialisé pour Alzheimer à Boulogne sur Mer jusqu’à la fin de sa vie. Aller la voir était très difficile car son état se dégradait de plus en plus. C’est comme si elle était redevenue une enfant. Elle ne se souvenait que de ses parents et répétait toujours les mêmes phrases insensées. »

Aider les personnes touchées par la démence

Symptômes et stades de la démence

La démence se compose de trois stades progressifs. Certaines formes de démence peuvent être combattues ou ralenties. Ce n’est pas encore le cas d’Alzheimer.

Le premier stade est difficilement remarquable car les symptômes peuvent être perçus comme de l’étourderie. La personne atteinte à tendance à oublier certaines choses comme l’endroit où elle a posé son sac, ses clés, un rendez-vous, une adresse. Elle perd conscience du temps, ne sait plus quel est le jour de la semaine, prend son repas en plein milieu de l’après-midi. Elle peut se perdre dans des endroits familiers comme le lieu où elle a l’habitude de faire ses courses ou de se promener.

Le second stade montre des symptômes plus visibles. La personne atteinte a des pertes de mémoire comme l’oubli d’un événement récent, des prénoms ou ce qu’elle a mangé la veille. Elle peut se perdre chez elle ou éprouver des difficultés à communiquer car elle oublie des mots. Elle commence à avoir besoin d’aide pour certaines tâches quotidiennes comme la préparation des repas ou la toilette. Elle présente des changements de comportement comme le fait de se lever en pleine nuit pour errer dans la maison ou répéter plusieurs fois les mêmes questions.

Le dernier stade est le plus sévère. Non seulement les capacités cognitives sont altérées mais la personne atteinte perd son autonomie. Cela se manifeste par une perte de la conscience du temps et de l’espace : s’habiller pour aller faire le marché en pleine nuit, sortir de chez soi et ne pas retrouver le chemin du retour. Il devient très difficile de reconnaître ses proches et ses amis, même ceux avec qui l’on a partagé le foyer. Une aide quotidienne pour la toilette, les repas ou encore le coucher sont indispensables. La personne peut oublier de manger ou de se laver. Marcher devient difficile. Les changements comportementaux deviennent plus importants et la personne peut se montrer agressive.

La démence se caractérise également par une grande détresse des personnes atteintes lorsque le stade n’est pas trop avancé. Elles peuvent parfois se rendre compte qu’elles sont confuses, qu’elles ont eu du mal à reconnaître un membre de la famille ou qu’elles ont raconté la même histoire plusieurs fois au cours de la journée. Il est important de les accompagner.

Sources :

– OMS, Observatoire mondial de la démence : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs362/fr/
– Canoe.ca : http://sante.canoe.ca/condition/getcondition/demence
– Doctissimo : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alzheimer/niv2/definition-demence.htm
– Senior actu : https://www.senioractu.com/OMS-le-nombre-de-demences-devrait-tripler-dans-les-trente-prochaines-annees_a20520.html


A lire également :

Les jeux-vidéos réduiraient de 29% les risques de démence

45% des personnes de plus 75 ans déclarent une limitation fonctionnelles

27% des 75+ se sentaient seuls en 2014