L’espérance de vie à 35 ou 65 ans en fonction de la catégorie socio-professionnelle

L’espérance de vie à 35 ou 65 ans en fonction de la catégorie socio-professionnelle

Print Friendly, PDF & Email

Les catégories socio-professionnelles (CSP) ne sont pas égales en terme d’espérance de vie. Plus la profession est pénible, plus l’espérance de vie diminue. En France, les écarts d’une CSP à une autre sont importants, surtout chez les hommes.

L’espérance de vie étant le reflet de la mortalité et la morbidité (prévalence des maladies), elle permet de mettre en lumière les inégalités de santé qui caractérisent les différentes catégories sociales. L’appartenance à un milieu social détermine en effet en partie les conditions de vie ainsi que les comportements individuels, qui en retour ont un impact sur la santé à chaque âge.

Les salariés les plus qualifiés vivent plus vieux, et plus particulièrement les femmes cadres, qui, en France, ont une espérance de vie à 35 ans de 53 ans, contre 49 ans pour les hommes. Pour les métiers les plus pénibles comme ceux de la catégorie ouvrier, l’espérance de vie à 35 ans est à 49,8 ans pour les femmes et 42,6 ans pour les hommes.

Espérance de vie à 35 ans selon la catégorie socio-professionnelle

Les facteurs d’inégalités en France

D’après le site inegalites.fr,  ces différences résultent d’un ensemble de facteurs : les conditions et la durée de travail, l’alimentation, l’attention portée au corps et les modes de vie en général (consommation d’alcool, tabac, etc.). La qualité et l’accessibilité au système de soin ne jouent qu’un rôle secondaire. On remarque d’ailleurs qu’en France, une femme ouvrière a une meilleure espérance de vie à 35 ans qu’un homme cadre.

Depuis les années 70, l’espérance de vie à 35 ans a augmenté en moyenne de 5,5 ans pour les femmes et de 6,7 ans pour les hommes. Cette progression, qui a aussi bien profité aux catégories sociales favorisées qu’à celles qui le sont moins, est due à l’amélioration des conditions de travail, la baisse du temps de travail, la progression des niveaux de vie et l’élévation des qualifications.

Avec l’extension de la couverture maladie, l’attention croissante portée à la santé, à l’alimentation et à l’hygiène, l’espérance de vie à 35 ans devrait continuer de progresser. Cependant, la faible prise en compte de la pénibilité dans les droits de retraite et la remise en cause des progrès en matière de temps de travail sont des freins à l’augmentation de l’espérance de vie.

Espérance de vie à 65 ans au Royaume Uni et en Belgique

N’ayant pas de données concernant l’espérance de vie à 35 ans pour le Royaume Uni et la Belgique, nous nous basons sur l’espérance de vie à 65 ans.

Les catégories socio-professionnelles les plus élevées ont la meilleure espérance de vie à 65 ans. Les femmes britanniques de 65 ans peuvent espérer vivre 19,7 ans lorsqu’elles appartiennent à la catégorie sociale la moins favorisée, contre 23,1 ans pour les plus favorisées. Les personnes sans emploi ont l’espérance de vie à 65 ans la plus faible.

espérance de vie à 65 ans selon la catégorie sociale royaume uni et belgique

Source : Seniosphère Conseil


A lire également :

En Europe du Nord, les seniors vieillissent mieux qu’à l’est

Le lien social permet de vivre plus longtemps

Les Papy-boomers balaient les clichés sur les seniors