Les seniors consomment de plus en plus de psychotropes

Les seniors consomment de plus en plus de psychotropes

Print Friendly, PDF & Email

La consommation de drogue ne connait pas de limite d’âge. Elle est plus fréquente chez les jeunes, mais a tendance à augmenter chez les seniors. D’après les estimations communiquées par l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies, « le nombre de personnes âgées connaissant des problèmes liés à la prise de substances ou nécessitant un traitement des troubles liés à l’abus de ces dernières devrait plus que doubler entre 2001 et 2020 »

Est considérée comme drogue, toute substance psychoactive capable de modifier les fonctions psychiques et/ou physiologiques d’un individu. Ainsi, les médicaments psychotropes se retrouvent dans la même catégorie que le cannabis ou la MDMA.

Les médicaments psychotropes regroupent les anxiolytiques, les antidépresseurs, les neuroleptiques et les hypnotiques. Ils sont prescrits afin de traiter les maladies psychiatriques. En 2005, 15% des hommes et 32% des femmes de 65-69 ans avaient consommé un psychotrope au moins une fois dans l’année. Les femmes sont deux fois plus concernées que les hommes.

usage de médicaments psychotropes au moins une fois dans l'année

L’augmentation de la consommation semblerait liée à la proportion plus importante de personnes seules – et en particulier les femmes du fait de leur espérance de vie plus longue. Le fait de vivre seul est associé à une consommation dans l’année plus fréquente parmi les retraités. La solitude et l’isolement peuvent entraîner chez les personnes âgées des déficiences auditives, cognitives allant jusqu’à la dépression ou l’apparition d’Alzheimer, et donc la prescription de ce type de médicaments. Au contraire, vivre en couple induirait une consommation moins importante de médicaments psychotropes.

Lire notre article : Après 65 ans, presque deux fois plus de femmes seules que d’hommes

Les Français, grands consommateurs de benzodiazépines

En France, 22 benzodiazépines et apparentées sont actuellement commercialisées. 3,8 millions de Français en consomment régulièrement, c’est deux fois plus qu’en Espagne et cinq fois plus qu’en Allemagne.  Les tranches d’âge où la prévalence d’usagers de ces produits (au moins une prescription dans l’année) sont maximales, sont les suivantes :

  • 70-79 ans pour les anxiolytiques : 20% des hommes et 40% des femmes
  • 80 ans et plus pour les hypnotiques : 16% des hommes et 40% des femmes

L’augmentation de la consommation de psychotropes chez les seniors inquiète l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies pour plusieurs raisons : la facilité avec laquelle il est possible de se faire prescrire ces médicaments, l’usage irrationnel, mais aussi les mélanges avec d’autres substances psychoactives comme l’alcool.

De plus, ces médicaments provoquent des dépendances physiques et psychologiques :  « Quand on prend des benzodiazépines pendant plus d’un mois, on a des signes de dépendance physique qui se manifestent notamment par les effets rebonds, c’est-à-dire qu’au moment où on arrête, pendant quelques temps, on va plus mal qu’avant », explique le Docteur Mallaret, praticien hospitalier. Les symptômes qui apparaissent alors sont les mêmes que lors d’un sevrage et peuvent prendre plusieurs formes : anxiété, tremblements, convulsions, paranoïa ou encore hallucinations.

Avec l’augmentation du nombre de seniors et de la consommation des produits psychotropes, l’importance des effets secondaires risque de devenir de plus en plus difficile à gérer par les autorités sanitaires.

Sources :
Seniosphère Conseil
Passport Santé – Xanax, lexomil : que penser des benzodiazépines ?