Papy-Boom clichés balayés Observatoire des seniors

Les Papy-boomers balaient les clichés sur les seniors

Print Friendly, PDF & Email

Le schéma : activité professionnelle, retraite, déclin progressif, fin de vie, c’est terminé ! Les Baby Boomer ont désormais plus de 55 ans et sont en train moderniser l’image des “personnes âgées”.

Une personne est considérée comme senior à partir de 55 ans. “Senior” renvoie dans l’imaginaire collectif à la retraite. Or à 55 ans, peu de personnes sont à la retraite. D’ailleurs, à peine 8% d’entre elles sont dépendantes d’après une étude menée par la société marketing et communication Adjuvance, Générations Seniors. Le terme “senior” englobe donc plusieurs réalités dans un seul et même vocable.

Ces réalités ne se limitent pas non plus à l’activité professionnelle et à la retraite. Josiane C., interrogée dans le cadre de l’étude Générations Seniors l’explique très bien :

“On croit que tout s’arrête à la retraite et que nous autres, retraités, avons tous le même mode de vie mais ce n’est pas vrai du tout. Je m’occupe de mes petits enfants, je suis dans une association, je fais de nouvelles activités, je pars en voyage plus souvent, j’ai une retraite très active et très différente de ce que j’imaginais !”.

Un terme, plusieurs réalités

La publicité accentue cette schématisation des séniors. Les plus de 55 ans sont représentés par deux stéréotypes :

  • le senior actif, avec la négation de la vieillesse, le culte de la jeunesse, le prolongement de la vie d’adulte et l’accomplissement de soi.
  • le senior dépendant, avec la représentation de la personne âgée et solitaire.

Le premier modèle est idéalisé et le deuxième dramatisé, livrant une image partielle et truquée d’une période de vie englobant de nombreuses catégories de personnes. Ces représentations sont en train d’évoluer vers des profils de seniors multiples.

Dans son étude, Adjuvance a relevé trois “schémas de vie” définis en fonction de l’âge, des styles de vie, des ressources accumulées, des pratiques à la retraite et de l’éthos (la situation au sein de l’échelle sociale et les pratiques et valeurs associées) :

  • l’hédonisme qui renvoie à l’activité et au plaisir, à l’individualisme et à la consommation.
  • le partage qui renvoie aux valeurs d’altruisme et de transmission, aux interactions avec la famille.
  • le repli qui renvoie à une diminution progressive des interactions sociales après la retraite.

L’âge ressenti et l’âge réel

Le senior est un terme unique qui englobe toutes les personnes de plus de 55 ans. L’espérance de vie moyenne étant aujourd’hui de 82,57 ans en France, cela regroupe des personnes ayant encore 30 à 40 années devant elles.

La différence entre l’âge réel et l’âge ressenti est également à prendre en compte. Cette différence est d’environ 15 ans. Veillir dépend de trois facteurs : social, psychologique et physique. Lorsque le corps est en bonne condition physique et qu’une personne se sent épanouie, avoir 70 ans ne signifie rien :

Mon corps a peut-être 70 ans mais je n’ai pas cet âge là dans ma tête. Je ne me sens pas vieille, comme j’aurais pu le penser lorsque j’imaginais avoir un jour cet âge là”, confie Michelle F. pour Adjuvance, Générations Seniors.

Retrouvez l’intégralité de l’étude Adjuvance, Générations Seniors en cliquant sur le lien suivant : Adjuvance – Etude Génération Seniors


A lire également :

Murièle Roos, une femme Majuscule

Quinquados, fantasme ou réalité ?

Midlife crisis et seniorescence