Le vieillissement de la population est plus marqué en Allemagne qu’en France ou au Royaume Uni

Print Friendly, PDF & Email

Au 1er janvier 2016, l’Allemagne comptait 21% de personnes âgées de 65 ans et plus, près d’une personne sur quatre ! En France, ce taux s’élevait à 19% et au Royaume Uni, à 18%. Ces taux ont augmenté significativement depuis le début des années 90, du fait de l’arrivée des Baby-boomers à des âges proches de la retraite.

La population vieillit dans les trois pays mais c’est en Allemagne que la proportion de 65+ a le plus augmenté au cours de ces 25 dernières années : +6 points entre 1991 et 2016. Cela est dû au regain de natalité qu’a connu le pays entre 1934 et 1942.

La France et le Royaume-Uni ont une croissance similaire, mais moins importante que l’Allemagne.

Part des personnes âgées de plus de 65 ans entre 1991 et 2016Part des personnes âgées de plus de 65 ans entre 1991 et 2016

Baby-boom bref et tardif pour l’Allemagne

Ces différences entre les trois pays proviennent des différents périodes de Baby-boom qu’ils ont connu au cours du 20ème siècle. De 1934 à 1942, la fécondité en Allemagne est plus élevée qu’en France ou au Royaume-Uni. Les femmes font en moyenne 2,6 enfants en 1939 et 1940. Ces deux années, le nombre de naissances dépasse 1 400 000. Après la Seconde Guerre mondiale l’Allemagne connaît une forte baisse du nombre des naissances, qui se poursuit jusqu’au début des années 1950. Pendant ce temps-là, la France et le Royaume Uni démarre leur Baby-boom.

Le baby-boom allemand débute ainsi vers 1952 et se termine plus vite que dans les deux autres pays : le nombre de naissances commence à diminuer dès 1965. S’ensuit une forte baisse de la natalité (1965-1970) puis une stagnation à des niveaux bas (1970-1980) qui induit aujourd’hui des classes creuses chez les 35-45 ans.

Une seconde baisse de la natalité allemande, entre 1990 et 1995, est liée à l’intégration de l’ancienne Allemagne de l’Est :  la fécondité s’est effondrée à cette période. Enfin, à partir de la fin des années 1990, une nouvelle chute des naissances est due au faible nombre de femmes susceptibles de procréer, ainsi qu’à des taux de fécondité faibles. En effet, les femmes de 20 à 35 ans d’alors sont nées dans la phase de faible natalité des années 1965 à 1980 et sont donc beaucoup moins nombreuses. La faible natalité allemande depuis les années 2000 donne un aspect « creusé », au bas de la pyramide des âges de l’Allemagne. Elle est bien différente de la pyramide des âges de la France.

Pyramide des âges allemande
Pyramide des âges allemande

Pyramide des âges française
Pyramide des âges française

Sourcehttps://www.insee.fr/fr/statistiques/2867604#graphique-figure5


A lire également :

Des seniors toujours plus nombreux en Europe d’ici 2035

10,4 millions de seniors supplémentaires en 2070

Quelle part représentent les seniors dans l’Union Européenne ?