Le paradoxe de l'âge

Le paradoxe de l’âge

Print Friendly, PDF & Email

Cet été, une étude parue dans the Journal of Clinical Psychiatry a mis en avant le paradoxe de l’âge. C’est-à-dire le fait que plus on vieillit, plus on est heureux. Contrairement à ce qu’on croit, la perte d’autonomie progressive ne rend pas de plus en plus déprimé.

L’étude a été menée sur plus de 15 000 personnes vivant à San Diego, âgées de 21 à 99 ans. Les personnes âgées d’une vingtaine d’années étaient les plus stressées et dépressives, tandis que les 90+ étaient les plus heureuses. Ainsi, bien que la santé physique décline avec l’âge, la santé mentale (humeur, sentiment de bien-être, gestion du stress), elle, s’améliore.

“Les personnes les plus âgées sont plus heureuses, plus satisfaites, moins dépressives, moins anxieuses et moins stressées que les plus jeunes”, explique Dilip Jeste, directeur du Centre du Bien-Vieillir et des seniors de l’UC San Diego et auteur de l’étude.

Un réel paradoxe ?

D’après Laura Carstensen, directrice du centre Stanford, il ne s’agit pas d’un paradoxe. Selon elle, lorsqu’on est jeune, nos objectifs sont basés sur la réussite et l’épanouissement social, la volonté d’avoir toujours plus que ce qu’on a. Avec l’expérience, les adultes, eux, savent que la vie est faite d’incidents, alors ils relativisent : un petit accrochage n’est pas la fin du monde, un appel manqué de ruinera pas votre vie. Ils se rendent également compte que la vie est fragile, qu’ils ne sont pas invincibles.

Ainsi, avec l’âge, ces objectifs se tournent vers le bien-être personnel : faire des activités qui ont du sens et entretenir ses relations avec les autres. Des objectifs plus facilement réalisables, réduisant le risque de déception et d’émotions négatives. Avec l’âge, on acquiert également plus de sagesse, d’empathie, de compassion. On se connaît mieux, on prend des décisions qui nous correspondent davantage, on s’ouvre à de nouvelles idées et aux autres.

Sources :
http://www.latimes.com/science/sciencenow/la-sci-sn-older-people-happier-20160824-snap-story.html
http://aginginplace.com/the-paradox-of-aging-the-best-is-yet-to-be/


A lire également :

Baramètre 55+ du club Cogedim : les seniors se sentent seniors à 69 ans

Quinquados, fantasme ou réalité ?

1 senior américain sur 5 a eu une relation extra-conjugale aux cours de sa vie