Le contact avec la famille permet de vivre plus longtemps

Le lien social permet de vivre plus longtemps

Print Friendly, PDF & Email

Une étude menée par l’université de Californie à San Francisco a démontré que les personnes âgées isolées vivaient moins longtemps que les personnes entourées . L’enquête s’est déroulée sur plusieurs années auprès de 1600 personnes âgées de 71 ans et plus. Les résultats ont été publiés récemment dans la revue scientifique JAMA Internal Medicine.

Pour un état de santé similaire, 23% des participants qui se sentaient seuls sont morts dans les 6 années après le début de l’étude, contre 14% de ceux qui se sentaient « bien accompagnés ». Plusieurs raisons expliquent cela :

– Le contact avec les proches entretient le moral
– Le lien avec la famille permet aux aînés un suivi régulier : les aidants remarquent plus facilement un problème de santé.
– Faire des rencontres hors famille via des activités permet d’entretenir le lien social, la mémoire et la forme.

D’après l’étude de Nielsen (Global Ageing Report), lutter contre la perte d’autonomie est la préoccupation numéro 1 pour 58% des internautes interrogés (18+). Suivent ensuite : lutter contre la perte des capacités physiques (57%) et cognitives (51%), ne pas devenir un poids pour la famille (49%). Pourtant, avec les modes de vie actuels, il n’est pas rare que les membres de la famille soient trop éloignés pour rendre régulièrement visite aux aînés : opportunités et déplacements professionnels, études à l’étranger, expatriation, etc.

Vivre ensemble autrement

Afin de lutter contre la solitude, des alternatives aux maisons de retraite se développent en France : la colocation entre seniors, le logement intergénérationnel (étudiants, employés, retraités), les résidences seniors, etc.

Que la colocation soit entre seniors ou intergénérationnelle, elle séduit de plus en plus dans l’hexagone. Elle se développe peu à peu chez les retraités mais rassemblait au premier trimestre 2016 seulement 1% des colocataires. La colocation est une pratique très répandue dans les pays anglo-saxons (notamment dans les grandes villes comme Londres et New York où les loyers sont élevés) où cela représente 40% du marché locatif.

Le cas du Japon

Le Japon compte environ 21% de personnes 65+ dont plus de 40 000 centenaires. Il est le pays le plus vieux du monde, mais aussi celui qui enregistre le plus de suicides et de meurtres au sein des couples de seniors. Entre janvier et novembre 2008, l’archipel a recensé 21 cas où une personne du couple tue l’autre avant d’essayer ou de se donner la mort, parce qu’elle ne pouvait plus s’occuper de l’autre ou avait peur de ne plus pouvoir le faire.

En cause : une faible pension de base (environ 500€), le manque de place en maison de retraite, l’éloignement des proches et la nature discrète des japonais qui ont honte de demander de l’aide à la famille ou au gouvernement. Ainsi, ce sont généralement les plus de 65 ans qui aident les plus de 65 ans (48%). Les foyers où les aînés vivent avec enfants et petits-enfants disparaissent pour un mode de vie plus occidental : les jeunes quittent la périphérie pour rejoindre les grandes villes où ils travaillent et suivent des études, et les campagnes se vident.

Sources :
– Senior Actu – La vie de famille prolonge l’espérance de vie des anciens : http://www.senioractu.com/La-vie-de-famille-prolonge-l-esperance-de-vie-des-anciens_a19616.html
– Elle – Colocation, couples, familles, divorcés, seniors, ils s’y mettent tous : http://www.elle.fr/Societe/News/Tous-colocataires-3297481
– Le Figaro – Le Japon sous le « choc argenté » des seniors : http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/26/01003-20091026ARTFIG00440-le-japon-sous-le-choc-argente-des-seniors-.php


A lire également :

27% des 75+ se sentaient seuls en 2014

Les seniors sont plutôt satisfaits de la proximité avec leur famille

Des sociétés françaises cherchent à lier les seniors et les jeunes