Bernard Gerbeau, Philippe Michel, Philippe Schucany et Philippe Berquin ont entre 60 et 71 ans. Le 10 décembre dernier, ils se sont lancés dans la traversée de l’Atlantique à la rame. L’objectif : réaliser un défi à la fois physique et mental, partager leurs valeurs humanistes et promouvoir le bien-vieillir.

Le passage à la retraite n’est pas une excuse pour ralentir l’activité physique. D’ailleurs, parmi nos quatre marins, trois sont retraités. Ils en sont convaincus et veulent nous le prouver : pour vieillir en bonne santé, il faut faire du sport. Pour autant, pas besoin d’avoir un passé de sportif de haut niveau. D’après une étude américaine publiée en 2009, commencer le sport même après 70 ans permet de constater des améliorations de sa santé.

Les quatre acolytes se sont lancés dans un défi ambitieux. Ils devront cohabiter dans 8m² pendant 50 à 60 jours, se relayer toutes les deux heures deux par deux pour ramer, apprendre à se connaître, réussir à se reposer efficacement, apprécier la nourriture lyophilisée et surtout, garder le moral pour atteindre La Martinique.

Pour suivre leur aventure, rien de plus simple : rendez-vous sur Instagram : @defi_a_l_abordage2019. Grâce à un téléphone satellite embarqué, ils y racontent leur avancée, leurs difficultés, les petits bonheurs et la vie à bord :

« Un petit mot du large un peu moins large puisque l’on commence à se rapprocher tout doucement du but. En tous les cas un petit mot sous les orages, ici tout est gris et il a plu abondamment en fin de nuit. Bernard et Yaka ont terminé leur quart à l’état liquide !! Or nous sommes toujours très mécontents, Darty n’a pas livré le sèche-linge !
Nous sommes donc dans un flux perturbé avec des vents erratiques qui viennent d’un peu partout, cependant nous avons réussi à faire une journée de midi à midi à 54 milles ce qui est une belle performance compte tenu des circonstances.
La nuit ou en tout cas la fin de nuit a été très noire, en effet la Lune a disparu vers 1h du matin et le ciel s’est plombé petit à petit, cachant toutes les étoiles. À ce moment-là le noir des nuages rejoint le noir de la mer.
Nous sommes comme dans une bulle sans horizon et notre seul repère est l’arrière du bateau ou le camarade qui rame devant soi. Autour de nous le bruit des vagues le bruit du vent et rien d’autre comme accroche pour le regard.
C’est assez magique. »
Samedi 4 janvier, jour 25

Pour suivre leur position, c’est sur le site du défi que ça se passe. La carte est mise à jour toutes les trois heures. Le 7 janvier 2020, ils étaient au beau milieu de l’Atlantique, entre les Îles Vierges Britanniques et Cap-Vert.

Un record mondial pour un équipage d’en moyenne 65 ans

C’est Philippe Berquin qui a eu l’idée de ce défi. La traversée de l’Atlantique, il connait, il l’a déjà réalisée deux fois : à la voile et à l’aviron en double. Cette fois, c’est à bord d’un bateau en fibre de verre et en carbone et avec trois équipiers qu’il a pris le large. Le vaisseau mesure 8 mètres de long, ne pèse qu’1,6 tonnes chargé et est insubmersible. Pour autant, il est très instable. Il faudra ramer et jouer les équilibristes durant toute la traversée !

L’équipage est donc parti le 10 décembre 2019 des Îles Canaries pour une traversée de près de deux mois jusqu’en Martinique. Les quatre hommes ont estimé devoir donner au moins un million de coup de rames, ramer en moyenne 12 heures par jour chacun, soit près de 600 heures chacun. Ils espèrent obtenir à l’arrivée un record mondial et une place dans le Livre Guiness des records.