Enfants et parents à charge : génération sandwich

Coincée entre enfants et parents : la génération Sandwiche

Print Friendly, PDF & Email

La génération sandwich regroupe des seniors qui ont entre 45 et 65 ans, à la fois aidants de leurs enfants, jeunes adultes pas tout à fait autonomes et de leurs parents, de plus en plus dépendants. Le phénomène n’a rien d’anodin puisqu’il est observable dans le monde entier.

Ce schéma familial est dû à de nombreux facteurs. D’abord, l’allongement de l’espérance de vie, l’évolution des systèmes d’assurance et de protection sociale, l’augmentation du niveau de vie et du confort. Les seniors vivent de plus en plus longtemps, de mieux en mieux, mais à partir de 70 ans, ils perdent peu à peu en autonomie (voir notre article : les phases de vie des seniors) et deviennent dépendants de leurs enfants.

Les autres facteurs concernent les jeunes adultes, les enfants de la génération Sandwich : allongement de la durée des études, précarité des premiers emplois, prix des loyers dans les grandes villes, mariages et naissances plus tardifs, et donc création des ménages plus tardifs etc. Ils ont encore besoin de l’aide de leurs parents alors qu’ils sont parfois déjà entrés dans la vie active.

Un soutien à la fois pour les enfants et pour les parents

En France, 22% des 55-64 ans ont encore des enfants qui résident avec eux (contre 8% au-delà de 65 ans). Mais une part importante a également des enfants à charge alors qu’ils vivent en dehors de leur logement : étudiants ou en recherche d’emploi. Au total, les 55-59 ans ont en moyenne 0,59 enfants à charge, dont 64% résident avec eux.
En plus des enfants, les jeunes seniors sont nombreux à avoir un rôle de soutien pour leurs parents vieillissants. Ils sont un peu plus de 60% à avoir encore au moins un parent en vie entre 50 et 59 ans. Il s’agit souvent de la mère seule (voir notre article : après 65 ans, presque deux fois plus de femmes seules que d’hommes)

Les jeunes seniors sont plus nombreux à offrir une aide qu’à en recevoir. L’effet s’inverse à mesure du vieillissement. Ils sont un peu plus de la moitié entre 60 et 64 ans à aider un membre de leur famille, alors que seule une personne sur cinq déclare le faire entre 80 et 84 ans. A l’inverse, 11% des 60-64 ans disent recevoir une aide, contre 40% des 80-84 ans qui en reçoivent.
L’aide la plus procurée par les jeunes seniors est la garde des petits-enfants (28% l’ont fait au cours du dernier mois) et concerne donc leurs descendants, suivi des courses (22%) à destination des ascendants. Les aides prodiguées par les jeunes seniors à leurs parents concernent le plus souvent les activités qui nécessitent des déplacements.

Retrouvez toutes les données en cliquant sur le lien suivant : Génération Sandwich – chiffres

Comment les Européens s’occupent de leurs parents

Les quinquagénaires des années 2000, nés juste après la seconde guerre mondiale, sont les premiers à se trouver massivement dans une position générationnelle intermédiaire : entre des parents âgés potentiellement demandeurs d’aide et des enfants adultes qui ne sont pas toujours indépendants. Environ la moitié des quinquagénaires sont dans cette situation “Sandwich”.

D’après l’enquête SHARE (Survey of Health Ageing and Retirement in Europe), plus des deux tiers des Européens de 50 à 59 ans ont encore au moins un parent ou un beau-parent en vie. 45% des Européens vivent à moins de 5km de l’ascendant le plus proche et 58% sont en contact plusieurs fois par semaine. En Italie et en Espagne, un cinquième des quinquagénaires vivent dans le même logement ou le même bâtiment qu’un parent âgé, de ce fait, la moitié d’entre eux ont un contact quotidien. Au Nord, ils sont moins de 2%.

Même s’ils ne vivent pas sous le même toit ou à moins de 5km de leurs aînés, ce sont les jeunes seniors des pays du Nord de l’Europe qui sont les plus nombreux à fournir de l’aide à leurs parents : ils sont plus de 40% au Danemark et en Suède et près de 25% en Espagne et en Grèce.

Europe : aide fournie aux ascendants
Source : SHARE 2004, exploitation CNAV / Champ : individus de 50 à 59 ans ayant participé au drop off

Pourtant, quand on regarde la nature des aides, ce sont les seniors des pays du Sud qui fournissent le plus de soins quotidiens à leurs parents : soins personnels, habiller, manger, entrer ou sortir de lit, toilette, etc. Ces taux sont plus élevés en Italie et en Espagne et beaucoup plus faibles au Nord où l’aide des familles est plus ponctuelle, laissant pouvoirs publics les soins quotidiens. Les jeunes seniors des paus du Nord estiment que l’aide ménagère et personnelle doit surtout venir de l’Etat. Alors que dans les pays du Sud (et plus particulièrement en Grèce), ils estiment que l’aide doit plutôt venir de la famille. Tous les pays sont d’accord sur le fait qu’une aide financière doit provenir de l’Etat.

Europe : aide aux âgés
Source : SHARE 2004, exploitation CNAV / Champ : individus de 50 à 59 ans ayant participé au drop off

Sources :
– Seniosphère Conseil
– Insee  : Enquête emploi du temps 2009-2010, rapport du COR, décembre 2015, p.196
– Couples et familles : Génération Sandwich
http://www.couplesfamilles.be/index.php?option=com_content&view=article&id=368:generation-sandwich&catid=6:analyses-et-reflexions&Itemid=9
– Cairn Info : Les quinquagénaires européens et leurs parents, de la famille ou de l’Etat, qui doit s’occuper des ascendants ? Jim Ogg et Sylvie Renaut, pages 28 à 39. https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2006-6-page-28.htm


A lire également :

En France, on devient grand-parents de plus en plus tard

Deux générations de seniors bien différentes

63% des 60-69 ans pensent qu’internet est important pour s’intégrer dans la société