76% des Français de 40 à 64 ans sont prêts à aider un parent

76% des Français de 40 à 64 ans sont prêts à aider un parent

Print Friendly, PDF & Email

Une étude sur les aidants de personnes âgés dépendantes a été menée par la Fondation Médéric Alzeihmer. Elle a permis de déterminer le profil des aidants, les aides apportées et leurs situations personnelles et professionnelles.

Les aidants ont en moyenne 53 ans et sont à 53% des femmes. Ils font partie de la génération « pivot » ou « sandwiche », c’est-à-dire qu’ils sont à la fois aidants d’un parent et d’un enfant. Cette génération se caractérise par trois formes d’engagement :

  • La responsabilité familiale : 74% vivent en couple et 24% ont au moins un enfant de moins de 15 ans à charge
  • La responsabilité professionnelle : 66% ont une activité professionnelle, 55% sont à temps plein et 13% à temps partiel
  • L’aide à un proche en situation de perte d’autonomie : 23% apportent une aide quotidienne au proche en perte d’autonomie, 46% une aide hebdomadaire et 31% une aide mensuelle.

Concilier vie professionnelle et aide à un proche

La majorité des aidants familiaux a une activité professionnelle à temps plein. 20% d’entre eux déclarent que leur situation a eu des conséquences sur leur vie au travail.

Les aidants actifs sont 72% à déclarer être en bonne santé, contre 67% des aidants en général. Ce taux montre un « healthy worker effect », c’est-à-dire que le travail permet de se maintenir en bonne santé morale et physique lorsque l’on aide un proche.

Cependant, les salariés aidants estiment à 83% que les entreprises devraient davantage les soutenir et les accompagner. 91% des aidants pensent que l’Etat devrait aussi apporter plus de soutien (congés payés, indemnités, formation, etc.)

Afin d’être plus présents auprès des proches en perte d’autonomie, la plupart des interrogés sont prêts à faire évoluer leur vie professionnelle. Parmi les interrogés, 94% sont d’accord pour aider régulièrement leur conjoint, contre 76% pour aider un parent. Ils sont d’ailleurs 73% à être prêts à faire évoluer leur vie professionnelle pour aider leur conjoint et 35% pour aider un parent.

En parallèle, 70% des Français de la génération pivot souhaitent s’investir pour éviter à un parent d’aller en maison de retraite, même si seuls 37% se disent prêts à l’héberger.

La nature des aides

nature des aides France Médéric Alzheimer

Les aides apportées par les aidants sont variées. Plus de la moitié des interrogés apportent un soutien moral à leurs proches (53%) et près d’un sur deux (49%) aide dans les tâches administratives : remplir des papiers, remplir des formulaires en ligne, déposer des papiers dans les structures, etc.

48% apportent une aide pour effectuer les tâches ménagères : cuisine, entretien de la maison, du jardin, etc. 26% font de la surveillance : rendre visite, se tenir au courant des allées et venues, etc. 23% aident à gérer le budget, 13% font eux-mêmes les soins personnels (soins, toilette, etc.) et 9% apportent une aide financière.

L’étude

L’étude « Aider un proche en situation de perte d’autonomie : portrait des aidants et souhaits des Français » est le deuxième baromètre de la Fondation Médéric Alzheimer, publiée le 21 septembre 2017. Elle a été réalisée avec Kantar Public (institut de sondage) et Klesia (protection et innovation sociales). L’échantillon sélectionné est représentatif de la population française âgée de 40 à 64 ans.

Découvrez l’étude dans son intégralité en cliquant sur le lien suivant : Aider un proche en situation de perte d’autonomie : portrait des aidants et souhaits des Français.


A lire également :

Qui sont les aidants familiaux ?

La solidarité familiale : un devoir pour 89% des Français

Coincée entre enfants et parents : la génération Sandwiche